Projection Nouvelle 2/3

lgbt, lesbienne francaise, lesbi

Suite de la partie 1

La brune volcanique était comme éteinte, tandis qu’elle errait dans les alentours. Qui cherchait-elle, et pourquoi ? Elle ne connaissait pas son nom. A quoi bon ? Il n’y avait rien à dire. C’était un mirage, un rêve, mais un cinématographique. Pour la première fois le réel semblait plus formidable que toute création, et l’image la plus belle n’était qu’une ombre éclipsant celles projetées. Elle rentra, hébétée, dans la lumière trop vive de son appartement et la solitude vaine de son mariage, se couchant auprès de celui qui lui donnait tout, du confort à l’amour, sans qu’elle ne lui doive rien, sans qu’elle ne lui rende rien. Lasse, elle accueillait ses avances avec les mêmes regards, recevait ses égards par des soupirs convenus. Sous les caresses, accusant les coups de reins avec plaisir mais sans joie, ses lourdes paupières ourlées se fermèrent, et les images se bousculèrent. Des images volatiles de blond et de clarté, de chemise bariolée entrouverte sur une respiration saccadée… Et puis le cri final et rauque interrompit les fantasmes pour revenir à la réalité de la chair, à la matérialité du plaisir. Elle en haïrait son corps d’être si prompt à jouir, rompant avec sa seule fantasmagorie. Comblée mais malheureuse, elle tourna le dos à celui qui malgré elle l’emplissait de plaisir sans félicité.

Elle revint au cinéma, tous les jours, elle revint la journée, rencontra les quelques retraitées venues égrener leur ennui devant des vestiges de leur passé, mais entre ces mises en plis de blanc, nulle mèche blonde, et entre les sillons de l’âge, nulle pâleur juvénile. L’apparition n’était pas une habituée des lieux, peut-être n’avait-elle été qu’à une projection, peut-être même n’avait-elle été qu’une projection.

Le samedi rituel approchait sans entrain, comme chaque semaine. Comme chaque semaine lundi précédait mardi, suivi par jeudi dont vendredi emboitait le pas, et samedi arrivait, triomphant mais morose. Même « un ticket s’il-vous-plait », même « cinq euros merci », même fauteuil au fond de la salle, mêmes lumières qui s’éteignent, même projecteur qui s’allume. Et puis, une tornade. Une jeune femme, le souffle court, et Lili aussi eut le souffle coupé. Elle avait réapparu ! Et cette fois elle ne descendit pas les marches, mais vint elle aussi se cacher dans l’obscurité du fond de la salle, à un, deux… trois fauteuil de Lili. Celle-ci pouvait sentir jusqu’à la légère odeur de sueur que dégageait sa voisine, légère mais persistante. Lili pouvait tout imaginer. Imaginer franchir ces deux, trois fauteuils qui les séparaient. Imaginer une main caressante toucher son épaule, et voir un sourire frémir en réponse au sien. Imaginer ses boucles et sa blondeur se mêlant dans une étreinte timide, sentir sa bouche lui mordre les lèvres… Le couple qui se déchirait devant ses yeux ne l’intéressait nullement, son seul spectacle était les larmes perlant aux yeux toujours plus clairs de la jeune inconnue, les rictus qui crispaient sa joue pour contenir ses sanglots. Ce devait être un film émouvant mais, émouvante, elle l’était plus encore. Elle sécha ses larmes d’un revers de manche quand elle surprit le regard de Lili, qui le détourna aussi vite que possible pour le figer sur l’écran, les joues en feu.

Inscris-toi pour recevoir les nouvelles histoires
d'Ainsi soient-elles

 

récit érotique lesbien, homosexualité féminineet télécharge gratuitement

la nouvelle érotique lesbienne

"Une après-midi entre amies"

 

Tes coordonnées nous servirons uniquement à t'informer de la mise en ligne de nouveaux textes.

Le projecteur s’éteignit, les lumières se rallumèrent. La jeune femme ne broncha pas. Lili se leva, droite, un peu rigide même, fit un pas quand…

« Le film ne vous a pas plu ? ». Les grands yeux opalins s’étaient levés en sa direction. « Moi il m’a émue aux larmes. » Et Lili de lui répondre qu’elle était fatiguée, saturait un peu après une semaine hautement cinématographique.

« C’est rare de trouver des cinéphiles dans le coin –remarqua sa lunaire interlocutrice, je vous invite à prendre une bière ? Oh, à moins que vous ne soyez pressée. »

Pressée, Lili ne l’était pas. Attendue ? Sans doute son mari ferait les cent pas jusqu’à en user le parquet du salon, mais qu’importe, il lui donnait tout, lui offrait tout, y compris la liberté. Surtout la liberté.

Elle la mena dans un petit troquet plutôt mal famé : des bières bon marché, de la mauvaise musique punk, des tags dans les toilettes malodorantes, un serveur tatoué et patibulaire. Tout était parfait. Elle était parfaite. Elle s’appelait Xavière, elle était étudiante. Etudiante en quoi ? Peu importe. Elle était étudiante, et comme toutes les étudiantes un peu romancées, elle était libre et indépendante, elle portait des t-shirts trop grands et n’avait pas de soutien-gorge, elle citait Nietzsche sans l’avoir lu vraiment et Sartre en l’ayant lu un peu trop. C’était une étudiante, c’est-à-dire qu’elle était encore une enfant, avec la curiosité des enfants, mais le savoir encyclopédique d’un académicien et l’expérience d’une vieille femme adultère. Un peu naïve d’avoir tout connu, un peu blasée de ne rien savoir assez. Elle buvait sa pinte de bière comme du petit lait, d’ailleurs la mousse lui dessinait des moustaches.

C’est alors qu’un geste d’une sensualité maternelle échappa d’une main de Lili, une main précipitée pour passer sur cette lèvre enfantine et la débarrasser de cette écume. Sous la caresse le rose de cette lèvre délicatement ciselée pâlit, mais cette pâleur n’était pas celle de l’indignation face à l’affront d’une telle familiarité. Elle sourit, et de ses mêmes lèvres délicates elle saisit la main qui s’échappait.

 

A suivre…

Pressée de lire la suite?
Laisse-nous un commentaire ci-dessous!

Texte: Cédriane
Image illustration: 123rf/Vladimir Nikulin

Inscris-toi pour recevoir les nouvelles histoires
d'Ainsi soient-elles

 

récit érotique lesbien, homosexualité féminineet télécharge gratuitement

la nouvelle érotique lesbienne

"Une après-midi entre amies"

 

Tes coordonnées nous servirons uniquement à t'informer de la mise en ligne de nouveaux textes.

De très belles fictions lesbiennes, nouvelles lesbiennes, romans lesbiens, histoires lesbiennes, premières expériences lesbiennes à décrouvrir ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *