Histoire de Parkings

la belle saison-lesbiennePremière rencontre, un parking déjà. Carrosseries cabossées par la vie, six ans nous séparent. Et des histoires, beaucoup d’histoires. Cabossées, écrasées, bonnes pour la casse. Il n’y avait pas grand-chose à sauver. Mais quelques meubles. Et nos routes se sont croisées.

Routes sinueuses, routes brisées, lignes brisées. Chevelure improbable et le temps de l’attente. Plaire ou pas. Plaire à nouveau.

Rien à voir avec ce qu’on laissait derrière nous.

Non, rien à voir. Au contraire.

C’est une histoire de parking et de recommencement. Se raconter sa vie, l’air de rien, l’air de ne pas vouloir y toucher. La vie de l’autre. La blonde, la presque blonde. Trop grandes. Hors normes. A chacune son vaisseau. Ne pas laisser les rats quitter le navire. Vaisseau spatial. Déplacements interstellaires de son étoile à la mienne. Recommencements, nouveaux départs. Quand l’absence tombe lourde sur mes épaules. Fatigue extrême. Jamais une larme pourtant. Jamais. Je suis de la race des guerrières. Toujours libre. Et toujours debout. Elle me ressemble. Deux opposés qui se ressemblent.

Inscris-toi pour recevoir les nouvelles histoires
d'Ainsi soient-elles

 

récit érotique lesbien, homosexualité féminineet télécharge gratuitement

la nouvelle érotique lesbienne

"Une après-midi entre amies"

 

Tes coordonnées nous servirons uniquement à t'informer de la mise en ligne de nouveaux textes.

Dans les vapeurs des huiles essentielles. Dans les épilations approximatives. Dans les désirs d’aventure au sommet d’un rocher ou au milieu d’un lac. A moi ma tanière, à elle le vaisseau instable. Le nid, tout petit nid. La nature. L’aventure. Voyage sur une voie lactée végane. Et pourtant, tout commence sur un parking.

Une histoire de parking. Premier baiser échangé après des heures de trajet, mal assises, pas sereines. Trop de route, trop d’embouteillages, déjà trop de soleil et trop peu de sommeil. Quelques gouttes de Ricard. Des repères. Mon repaire. Pas de sentiments. Trop sale. Trop frais. C’est presque une promesse. Une bouée de sauvetage. Se voir, se revoir. Surtout ne pas se décevoir. Et je rougis. Joues rouges. Toujours. Sourire niais. Déjà.

C’est une histoire de parking. Une histoire de refus aussi.  Refus de se joindre à la masse des amies qui fast-dînent. Alors, on est restées. Deux adulescentes se bécotent dans une bagnole. Cure de jouvence. Nuit dans une caravane. Chaud-froid. Pas d’avenir. Une caravane dans un camping, une maison qui peut rouler. Qui roule qui roule qui roule. Jamais jusque chez moi. La magie des instants volés au temps. Hors du temps. Hors de l’espace aussi. Des mots sur ma peau en collier. La pointe d’un sein dressé au vent.

Une histoire de parking. Ne pas tenter d’avancer. Sinon, tu exploses en vol. Rester sur le parking. Ne pas sortir du garage. Attendre là.

Il n’y a que ta langue dans ma bouche, que tes pelles qui roulent. Arrêter le temps pour rester là. Plantées là, enracinées. C’était une histoire de parking. Avec le soleil qui cogne sur la carrosserie. S’essouffler. Les échanges se tarissent. Les sourires se ternissent. Le décalage.

Peut-être que je voulais quitter ma place. Peut-être. Détacher ma ceinture. Couper le contact. Sortir et courir à perdre haleine. Rester sur le parking.

Des passantes. Des étrangères. Des passagères.

Nous aurions été bien.

FIN

Si tu as aimé ce texte, dis-le nous dans les commentaires ci-dessous! Merci pour l’auteur et merci pour l’équipe d’Ainsi soient-elles:)

Texte: Leslie Préel
Image illustration: ©   Nonwarit Pruetisirirot– 123rf

Inscris-toi pour recevoir les nouvelles histoires
d'Ainsi soient-elles

 

récit érotique lesbien, homosexualité féminineet télécharge gratuitement

la nouvelle érotique lesbienne

"Une après-midi entre amies"

 

Tes coordonnées nous servirons uniquement à t'informer de la mise en ligne de nouveaux textes.

Amours, deux femmes suspendent le cours du temps, interrompent leur histoire et s’aiment, le début d’un roman lesbien, dans un parking…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *