Histoire de chatte

JSensualité de femme à femme’attends, enfoncée dans le canapé. Je reste les yeux rivés sur la porte d’entrée, à l’affut du son de tes pas.

J’ai tout le temps de penser à ce qui va se passer quand tu vas arriver. Je vais rester l’air absorbée, l’air de ne m’intéresser à rien, lorsque tu vas t’affairer dans le vestibule et te défaire de toutes ces choses que tu ramènes de l’extérieur.

Je suis étendue, les yeux mi-clos. Je t’entends marcher vers moi. Tu t’es assise à même le sol, près de moi et tu me contemples, hésitante. Vas-tu m’embrasser ou rester là à me bercer de ton regard ?

Tu me caresses le front et je n’ouvre toujours pas les yeux. Ton souffle léger me fait légèrement tressaillir. Je sens cette odeur sur toi, qui est celle de cette autre femme. Cette fois j’ouvre les yeux. Je change de position et me met sur le dos. Le contact de ta main qui glisse sur mon ventre me coupe la respiration. Avant que tu ne me recueilles, j’ai connu des assauts moins prévenants.

Je te jette un regard plein de reconnaissance, me glisse à tes pieds dans un dernier frottement et disparait de ta vue.

Même si cela me coûte une vie, j’exerce mon seul pouvoir, celui de me retirer au moment où je le décide.

Tu vas rester encore, puis t’affairer, et j’entendrai la porte se refermer.

Tu vas partir encore très loin. Que se passe-t-il de si magique derrière cette porte ? Tu es tout ce que j’ai. Je sais que tu reviendras.

Tu crois que tu es la seule à avoir une vie intéressante ? Détrompes-toi. Sitôt que tu es partie, je parcours chaque endroit de l’appartement où tu t’es attardée. A l’odeur du vieux livre sur ton lit, je sais que tu voulais être seule. Tu as fumé, aussi. Tu as mis cette odeur affreuse sur toi, qui veux dire que tu pars à la chasse. Oui je sais tout ce que tu ressens, tout ce que tu vas faire.

Ton image m’accompagne, faite de toutes les caresses que tu m’as prodiguées. Tu vas revenir, et je t’attendrai sur le canapé.

Texte: Lia Fernet
Image illustration: © svetlanistaya – Fotolia.com

Contacter nos auteurs: contact@ainsi-soient-elles.com

 

Rien ne vaut les caresses de la femme qu’on aime… que l’on soit femme, ou chatte…