Nouvelle vie

lesbi, goudou, bisexuelle, lgbt, amour saphique, lesbichVoilà. On y est. Après 3 semaines de relation amoureuse sur Internet, je débarque enfin chez elle, dans sa ville. Je pose le pied sur son sol et je la cherche du regard. Je ne l’ai vu qu’en photo mais je la repère de suite. Elle aussi.

Au moment où mes yeux s’arrêtent sur elle, mon cœur s’accélère encore plus que pendant tout le trajet en train. Pourtant il battait déjà très fort. Ma première pensée : elle est magnifique. Encore plus belle que sur les photos. Et toutes mes peurs s’en vont pour laisser place à d’autres. A quoi pense-t-elle maintenant en me voyant ? Pense-t-elle de moi la même chose qu’elle pensait sur Internet encore la veille ? Est-elle déçue ou au contraire ravie ?

Elle me sourit. Je lui rends son sourire tout aussi timidement que le sien. On se serre dans les bras, une bise sur la joue. Ce n’est que le début, la première fois et je ne sais pas comment réagir face à elle. Je sais aussi qu’il faut rester discret.

On parle du voyage tout en marchant à travers la ville. Je ne peux m’empêcher de jeter sans cesse des regards sur elle. J’essaye d’être discrète. Pas pour les gens autour mais je ne voudrais pas qu’elle sache que je la regarde, que je l’observe, que je suis déjà sûre de mes sentiments.

Je pars à nouveau dans mes pensées. Est-ce qu’elle ressent la même chose ? Est-ce que c’est le début de notre amour ou le début de notre amitié. Si elle ne ressent pas d’amour, ça sera de l’amitié, même si au fond de moi, je sais que je ne veux pas être que son amie.

Elle me plait. Je le sais. Je suis venue pour voir si je ressentais quelque chose d’aussi fort que sur le net et je suis surprise de voir que c’est encore plus fort. Je fais tout le contraire de ce que je voulais faire.

Il y a environ 3 semaines, je ne croyais plus en rien et surtout pas en l’amour. Trop de déceptions, trop de souffrances, trop de promesses jamais tenues… Et on s’est rapproché, passé nos soirées à parler et un soir, sans trop savoir pourquoi ni comment, tout a changé. Premier baiser virtuel, premières discussions plus sérieuses sur des sentiments et premier accrochage. J’ai passé la nuit et la journée du lendemain à penser à ce qu’il se passait en moi. Pourquoi avoir réagi comme ça ? Pourquoi je sentais ma vie changer ?

J’ai attendu la journée entière qu’elle se connecte pour lui parler et m’excuser. Quand elle est arrivée, mon cœur a fait un bond énorme et j’ai su que ma vie ne serait plus la même. On a parlé. J’ai parlé de mes sentiments, de mes pensées. Elle m’a parlé de ses réflexions, de ses sensations.

Et nous voilà maintenant à un nouveau tournant de notre histoire. La première rencontre. Celle qui va déterminer si oui ou non, on a un avenir. Enfin il est trop tôt pour l’avenir. Voir déjà si on s’aime.

Je suis trop dans mes pensées pour remarquer si elle me regarde ou pas ou pour tenter de lire dans ses pensées. Les miennes sont trop nombreuses. Quoique mes pensées sont surtout de savoir ce qu’elle pense de moi. Mon esprit s’embrouille.

Les premières heures sont timides. On parle. On se raconte des trucs. On rigole tout en commençant à se détendre doucement. Plus les heures passent et plus mes sentiments sont clairs. Mais je ne vois toujours pas les siens. Et ma personnalité négative sur moi-même reprend très vite le dessus et je ne peux que me dire qu’elle est déçue, qu’elle ne m’aime pas. Et pourtant, on s’amuse bien. Nos fous rires sont de plus en plus nombreux et on cherche à se taquiner. En y repensant, ça doit être une sorte de test pour juger de nos sentiments.

Je ne sais toujours pas si elle m’aime mais je sais qu’on s’entend aussi bien que sur Internet. Finalement une amitié sera possible mais je veux toujours plus. Les heures passent rapidement, plus rapidement que voulu. Le temps devrait s’arrêter au lieu de passer si vite. Les taquineries sont toujours présentes mais quelques essais de caresses se font. Je ne sais pas comment ça a commencé mais plus je me sens détendue et plus j’ose certaines choses, même si mes lèvres n’ont toujours pas touché les siennes.

Je ne veux pas précipiter les choses. Je veux lui laisser le temps de se rendre compte. Le temps de juger de ses sentiments. La nuit tombe et le stress revient. Comment ça va se passer ? Est-ce qu’on va perdre une journée et une nuit dans les bras l’une de l’autre pour être sûre ? Je n’ai déjà que 3 jours devant moi. Est-ce que l’une de nous va oser ? On se prépare à aller dormir. Toujours pas un mot sur notre relation.

Elle se couche sur son lit. Je me couche sur le matelas qu’on vient de gonfler pour moi. Pour nous, j’aurais préféré. Je pense que je vais laisser tomber pour ce soir. On verra ce que le lendemain nous réserve. Je la regarde. Je ne peux pas me résigner à dormir sans elle. J’ai envie de la prendre dans mes bras, de l’embrasser. Mais je ne suis toujours pas sûre de moi. Enfin je suis sûre de mes sentiments mais pas de ses sentiments.

Elle semble ne pas vouloir dormir non plus, malgré la fatigue de plus en plus présente. On rigole encore. Elle me taquine. Je me lève de mon matelas et m’accroupit à côté de son lit pour la taquiner aussi. Bientôt, mes mains ne chatouillent plus. Nos regards se croisent. Si je ne fais rien maintenant, je suis perdue.

Mon visage remonte vers le sien, lentement. Mes lèvres touchent enfin les siennes et mon corps se vide. Je ne ressens plus rien que la douceur de ses lèvres, de son baiser, d’abord hésitant puis tendre jusqu’à devenir plus intense. Je tremble. Je tremble depuis mon arrivée mais là, encore plus. On se regarde. Maintenant, je vois. Maintenant, je sais. Tout est écrit dans ses yeux. Et vu son regard, elle doit se dire la même chose.

Ce baiser était si puissant, si intense. Jamais je n’avais ressenti ça. Pourtant j’avais déjà embrassé et été embrassé mais cette fois, c’était différent. C’était simplement le début de nous.

Texte: Yulvolk
Image illustration: 123rf.com/Yuran

Contacter nos auteurs: contact@ainsi-soient-elles.com

 

Amours saphiques, fictions lesbiennes, , amours lesbiens, persons la tête, et lançons nous dans l’aventure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *