Une vie, une chance

histoire lesbienne francaise, homosexuelle, homosexualité féminine, coming outJe préfère avant tous garder l’anonymat pour raconter mon expérience… j’ai trop peur des représailles.

J’aurais mes 18 ans dans deux mois, je viens d’avoir mon bac. Ma réussite au baccalauréat fut une grande surprise pour tout le monde, personne n’y croyait car mon père m’a déscolarisée en février et depuis je suis tombée dans une terrible dépression.

Voici mon histoire: je vous l’avoue… c’est la première fois que j’ose raconter ce qu’il s’est passé… ça va être dur il y a des choses encore que je refuse d’accepter où tout simplement auxquelles je refuse de penser.

Inscris-toi pour recevoir les nouvelles histoires
d'Ainsi soient-elles

 

récit érotique lesbien, homosexualité féminineet télécharge gratuitement

la nouvelle érotique lesbienne

"Une après-midi entre amies"

 

Tes coordonnées nous servirons uniquement à t'informer de la mise en ligne de nouveaux textes.

À l’âge de cinq ans déjà je n’étais pas comme tous les autres… je ne m’exprimais pas de façon claire et précise et après plusieurs examens on a enfin déterminé mon bégaiement. Pourquoi ça tombe sur moi ? Pourquoi a cet âge ? Qu’ai-je fait ? …. je n’ai jamais su répondre à ces questions et je me suis faite a l’idée que c’était le choix du Bon Dieu.

Pendant toute ma scolarisation et surtout dans le primaire et le collège ça a été énormément dur… je pourrais vous raconter toutes les monstruosités que j’ai subies toutes les moqueries mais je préfère pas sinon je risque d’écrire un roman de 500 pages lool. Mais j’ai vraiment vécu l’enfer, les enfants ne se rendent pas compte, ils sont méchants avec leurs mépris et leurs moqueries. Ils me traitaient comme une moins que rien, inférieure a eux, la bègue qui ne disait jamais rien. J’ai longtemps cherché a m’accepter… mais ce n’est jamais arrivé parce que je ne sais pas qui je suis.

Je n’ai jamais eu de vrai petit ami. Pourquoi ? Je n’en sais rien et pourtant je suis plutôt mignonne. J’ai toujours été la nana bombas de la classe. C’est sûrement un manque de confiance après tous. Mais je pense que c’est parce que j’ai peur des hommes. Je sais que dit comme ça c’est stupide mais…vraiment j’ai peur du caractère masculin. Il faut dire qu’avec mon père ça na pas toujours été facile. J’ai une très mauvaise image des hommes.

C’est pourquoi je me suis tournée vers les filles. Pourtant, petite j’étais folle amoureuse des garçons mais plus le temps passait plus j’ai été dégoûtée par ces êtres violents et sans amour.

Au début je l’avoue ce n’étais que de la rigolade je l’acceptais pas du tous. Puis un jour j’ai rencontré une fille …. comment vous le dire , c’était la perfection (quoi que un peu rêveuse) mais j’étais satisfaite. Je me sentais bizarre…. oui bizarre je n’avais plus peur, je pouvais être ce que je voulais être, elle m’apportait tout l’amour dont j’avais besoin, toute la délicatesse que je réclamais depuis tant d’années. Je l’aimais, j’étais prête a tous pour elle…. vous allez le comprendre très vite.

Au début je croyais que ce n’étais qu’une histoire comme les autres, rien de bien sérieux. Mais plus le temps passait plus je me sentais valorisée avec elle et plus je devenais DÉPENDANTE de cette fille… je n’aurais jamais cru que cet amour allait détruire ma vie.

Je mentais de plus en plus à mes parents pour pouvoir sortir la voir, passer du temps avec elle, j’ai même mis mes études de côté et pourtant j’avais le bac en fin d’année. Mais j’étais sous son emprise je satisfais tous ses désirs…. j’étais comme sa mère. Je refusais qu’elle manque de quelque chose je me pliais en quatre pour elle. Je lui ai même proposé qu’on emménage ensemble a Lille. Le problème cependant c’était ma famille. Ma famille est en effet très pratiquante et je le suis aussi … mais là je n’étais plus moi même j’étais prête a annoncer a mon père mon homosexualité…. Juste le fait de prononcer ces mots me donne l’envie de vomir. Je connaissais pourtant mon père merde !!! Je savais que je n’aurais jamais dû… jamais de toute ma vie…. mais je l’ai fait pour elle ….elle ne le mérite pas.

Cette fameuse soirée, se passe la nuit de la saint Valentin. J’ai vécu l’enfer mais au sens propre. Mon père ma insultée de « sale gouine » , « pute », « salope » , »lécheuse » , il me répétait que je faisais honte à la famille que j’étais plus sa fille, que c’était soit elle soit eux…. j’ai choisi elle … il ne l’a jamais accepté. Il voulait me tuer. Il refusait l’idée que je « salisse le nom de famille ». Il m’a battue toute la nuit… il a fouillé mes affaires afin de trouver des preuves … et il a en effet trouvé des photos, des messages, etc. Il a violé mon intimité. Je ne lui pardonnerai jamais! Je le détestais sur le coup, je voulais sa mort ce n’était pas mon père ! Je n’ai jamais eu de père de toute mon enfance alors pourquoi cet inconnu vient aujourd’hui détruire mon bonheur ? Pourquoi ?? Merde pourquoi?? J’ai été humiliée cette nuit, traînée dehors a 3 heures du matin et battue. Le matin même cet homme qui prétendait être mon père m’a conduite chez un psychanalyste réputé de la capitale. À croire que j’étais malade parce que j’aimais une nana!! Mais au fond je savais que mon réel problème venait de mon enfance et du manque d’amour de mon père…. ce qui s’est passé c’est de sa faute.

Avec le psy ça allait de mieux en mieux j’arrivais petit à petit à sortir de ma dépression et j’arrivais à comprendre mon problème.

J’avais perdu confiance en mes parents et vice versa. Je ne sortais plus, je n’avais plus de téléphone, plus d’amis plus rien. Je ne pensais qu’à elle putain.

Mon père m’a envoyé en vacances pendant deux semaines afin que je l’oublie mais je lui ai quand même parlé… mon père l’a su. Il m’a achevé, encore une fois…

Ça faisait maintenant deux mois que je n’avais aucunes nouvelles d’elle, je me sentais toujours aussi fragile mentalement.

Mon père a décidé de déménager afin de recommencer une nouvelle vie.

Il a décidé que je deviendrai ce que lui il veut que je devienne … sinon il me tuerait… croyez moi il en est largement capable. Je le crains cet homme…

Une fois que mon père m’a rendu mon téléphone oui je l’avoue je l’ai recontactée… j’ai pris ce risque oui pour elle parce que je savais que je ressentais encore de la tristesse pour elle…. elle ma annoncé qu’elle était repartie avec son ex deux semaines après ce drame! Que dire? Je me sentais naze, je me sentais conne et je me suis rendu compte que j’étais sous son emprise. Elle profitait de moi simplement… Mais vous allez jamais me croire, je lui pardonne tout mais absolument tout et je lui souhaite de tous mon coeur tous le bonheur de monde sans rancune… car je sais qu’elle ne trouvera jamais de toute sa vie une nana prête a sacrifier sa vie pour elle comme moi j’ai pu le faire!

Depuis, je vis chaque jour comme si c’était un combat, menant une double vie cachée…. parce que même si mon père me l’interdit ou je ne sais quoi encore….J’AI FAIS LE CHOIX DE ME BATTRE JUSQU’À LA FIN DE MA VIE POUR MA LIBERTÉ  ET POUR ÊTRE CE QUE JE SUIS REELLEMENT !!!

J’encourage toutes les filles et tous les garçons homosexuels, bisexuels  ou encore transsexuels à affirmer LEUR identité parce que c’est ça le bonheur. Nous avons le droit de vivre la vie comme nous le voulons et ni la famille ni la religion ne doivent nous en n’empêcher. Je me bats et je me battrai jusqu’à la fin !! Je suis prête à affronter mon père, à partir a l’encontre de ses « normes » et ses interdictions parce que j’ai trop souffert… S’il vous plaît ne faites pas la même erreur que moi, agissez avant que ça ne soit trop tard !

UNE VIE , UNE CHANCE….. (désolée, ça ne marche pas par dossier hihihihiiii  ^^ )

FIN

Si cette histoire t’a touchée, n’hésite pas à laisser un commentaire à Jess ci-dessous.

Texte: Jess
Image illustration: Ainsi soient-elles

Inscris-toi pour recevoir les nouvelles histoires
d'Ainsi soient-elles

 

récit érotique lesbien, homosexualité féminineet télécharge gratuitement

la nouvelle érotique lesbienne

"Une après-midi entre amies"

 

Tes coordonnées nous servirons uniquement à t'informer de la mise en ligne de nouveaux textes.

L’homosexualité féminine, des femmes qui s’aiment, quoi de plus beau? le droit d’être gouine, goudou, lesbos, lesbienne, lesbiennes, homosexuelle, gay!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *